En application des articles 4 du code civil et R. 322-18 du code des procédures civiles d’exécution, lorsque seul le montant de la créance du créancier poursuivant la saisie immobilière demeure à fixer, le juge est tenu de déterminer ce montant et, à cette fin, de faire, s’il y a lieu, les comptes entre les parties, sans pouvoir s’y refuser en se fondant sur l’insuffisance des preuves qui lui sont fournies.

Cour de cassation, civile, Chambre civile 2, 11 mai 2017, 16-16.106, Publié au bulletin

Share This